« Juillet 2006 – juillet 2007. J'ai travaillé chaque lundi dans le studio du Point Ephémère. Mon activité de chorégraphe s'inscrivant ainsi dans une pratique quotidienne, régulière, non extraordinaire.
Pendant les 6 premiers mois, j'ai travaillé seule, sans intention d'accumulation, sur les notions de surface, de disparition et d'infini. Le corps s'y est défini comme un matériau, capable de transformations, de corporéités contrastées. Une relation singulière avec l'espace concret s'est développée, le lieu devenant un véritable partenaire, d'égale importance au corps. La durée a été la matière temporelle de ce processus. De chacune des journées émergeait une forme, une pensée. Une recherche photographique concomitante a figé en image des bribes de ces pensées.
La deuxième moitié de résidence intégrait la notion d'un temps public. Entre janvier et juillet, chaque lundi à 11h, un nouveau spectateur est venu assister à la représentation d'un processus empirique. Il s'agissait, pour l'interprète, d'une confrontation avec la forme crue d'un possible solo et pour le spectateur, de faire l'expérience du regard dans un espace-temps parfois aplati, parfois profond. Il n'y existait pas la peur du vide. Le temps, réel, les invitant parfois à attendre. »
Éléonore Didier

––
Durée 100'
––
CONCEPTION ET INTERPRÉTATION :
Éléonore Didier.
––
Production Dépose Incorp.
Projet réalisé avec le soutien et en résidence à Point Éphémère (Paris).
––
REPRÉSENTATIONS :
Festival iDans, Istanbul - 30 et 31 mai 2009.
Point Éphémère, Paris - du 8 janvier au 26 juillet 2007,
29 représentations. Et le 3 avril et 23 mai 2008.


VUES SUR VIMEO